Jingoku no Merodi

Nous avions toujours rêvé d'allier musique et combat... Nous ne pensions pas que cela arriverait un jour... Découvrez un monde ou se rencontre mélodie et magie, dans une course pour le trésor de l'immortalité!
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rencontre entre un cinglé et une peste. [PV: Yuki Shibata]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rebekka Rønning
Apprenti
Apprenti
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 22/12/2012
Age : 20
Localisation : Fiolin.

MessageSujet: Rencontre entre un cinglé et une peste. [PV: Yuki Shibata]   Sam 26 Jan - 17:02

Rencontre entre un cinglé et une peste
Avec Yuki Shibata et Rebekka Rønning

Je marchais doucement dans les rues propres de Fiolin. Tant mieux. Une ville sale est une ville médiocre. Et je n'accepterai pas d'habiter dans une ville "médiocre". J'ai droit à ce qu'il y a de mieux, et donc d'habiter dans la plus jolie citée de la région. C'était normal. Aujourd'hui marquait le départ de mon aventure. Quelle aventure ? Celle de voyager à travers ce monde pauvre. La récompense à la clé en vaut le coup. La vie éternelle... De quoi éblouir éternellement le monde de ma beauté !

Je passai ma main dans mes longues boucles dorées. La plupart des gens se retournaient lorsque je passais devant eux. Les habitants de Fiolin ne font pas exception. Ils ont beau me connaître, ils restent fascinés. A chaque fois. Quel bonheur ! Cette sensation d'être importante... Elle est comme magique. Ça me manquera un peu. Quoique... Non. Ca ne me manquera pas, puisque je retrouverai cette émotion dans les prochaines villes que je visiterai ! Evidemment.

La raison pour laquelle je n'étais pas encore partie était simple. Ma garde-robe n'était pas prête. Le temps est très variable, à Fiolin. Pas question de se retrouver en veste de fourrure en plein soleil ! Ce serait la honte. Et une femme aussi belle que moi ne devrait avoir jamais honte. Les autres ? Oui, évidemment. Honte de ne pas me connaître, premièrement. Honte de porter des vêtements démodés, aussi. Et honte à ceux qui aiment les animaux. A part en manteaux, ils sont inutiles. Sérieusement. Ça bave, ça pue, et ça mange salement. Et ils sont inintéressants. Très peu pour moi.

Il devait être aux alentours de 16 heures. L'horreur ! Une heure de pointe... Les rues commençaient à se remplir rapidement. Je n'aime pas être mélangée à la foule ! A toutes ces personnes banales ! C'est... C'est... Dégoûtant ! Et dire que je n'ai même pas encore fini mes courses... Et que vois-je ? Des soldes dans cette boutique de chapeaux. Des chapeaux... Il m'en faudrait sans doute. Combien ? Quelle importance. N'importe qui de sensé saurait que les chapeaux sont importants. Comme chaque accessoire. Savoir coordonner ce tout... C'est un peu comme un pouvoir spécial. Dont seulement quelques personnes en sont réellement capable. Non mais ! Regardez-moi cette grosse femme, devant. Elle porte du rose ! Et avec du rouge ! C'est... C'est... C'est horrible !

Je partis explorer une autre rue. Loin de cette affreuse femme. Est-elle folle ? Porter ça ! En plein jour ! Vivement que je parte. Pour ne plus voir cette personne. Quoique... Je garderai peut-être son souvenir en mémoire ? Non ! J'enfuis mon visage dans mes mains, refusant d'accepter ce douloureux sort. Pitié, pitié. Oh ! Un banc... Public. Erk. C'est plein de microbes, et qui sait quel genre de personne aurait pu s'asseoir ici ?! Non ! Je ne veux même pas y penser. Cette femme en rose et rouge...? Non ! J'ai dit que je ne voulais pas y penser !

Je m'y assis tout de même. Il fallait que je voie ce que j'ai acheté. Quel blouse irait avec ce pantalon ? Et avec cette robe ? Oh. Je sais. Un chapeau ! Je rigolai toute seule. J'étais vraiment drôle. La vie est vraiment triste, sans couvre-chef. Je continuai à regarder tous mes habits, ignorant chaque individu qui me reluquait. J'étais belle, merci. Et même si je suis encore célibataire, -et c'est un exploit !-, je ne cherche personne pour le moment. Enfin. "Personne" exclut les beaux hommes riches. Et beaux, surtout. Pas comme tous ces vieux, et ces laiderons... Fiolin est une fille magnifique. Mais pas pour ses citoyens, c'est sûr. Je suis peut-être une des seules exceptions.





Dernière édition par Rebekka Rønning le Dim 27 Jan - 9:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuki Shibata
Gardien secondaire
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 22/12/2012
Age : 18
Localisation : Perdu. Mmmh.

MessageSujet: Re: Rencontre entre un cinglé et une peste. [PV: Yuki Shibata]   Sam 26 Jan - 20:47

Je continuais donc mon voyage à la rechere de l'immortalité.
C'était le but premier de mon voyage. Il fallait en plus que je progresse au combat et aussi que j'apprenne à mieux jouer de Alliciant pour pouvoir hypnotisé plus de monde. Et plus longtemps. Être capable d'ensorcellé et contrôlé tout une armée sur le long therme d'ici mes quatorze ans me semble un objectif raisonable.

A force de marcher droit, je m'étais vraiment éloigné de mon point de départ. Vraiment beaucoup. J'ai sûrement même changer de région. Hum...Ca prouve que j'avance dans ma quête, enfin, je crois.

J'arrivais dans une ville bizarre que je n'avais encore jamais vu. Enfin, je n'ai pas vu tant d'endroit que ça, et cette région est une nouvelle, pour moi. En tout cas, ça a l'air d'être un endroit riche, plus que Derevo.

Je décidai de demander à quelqu'un où j'étais, j'interpellais une dame en rose et rouge assez enveloppée.


"Excusez-moi...Pourriez-vous me dire le nom de cette ville ?"

La femme prit un air choqué, comme-ci c'était vraiment bizarre de poser ce genre de question.

"Voyons ! Mais vous êtes à Fiolin, la ville du bon goût. Où tout est beau. Comme mes vêtements, par exemple ! Admirez-les, jeune homme !"

Hum. Il y'a du rouge, sur ces horribles vêtements. Je me retenais tout de même de détruire le rouge qu'elle avait sur elle lui déchirant ses vêtements de tous les côtés. Je risquerais de la blesser, et cette ville, il faut encore moins se faire remarqué qu'à l'auberge, je crois.

"...Je vois. Spasibo."

Je me retira à la recherche de quelque chose d'intéressant, néanmoins, rien n'avait l'air de répondre à mes critères.

"Tss...Ville stupide."

En plus, je sentais qu'on me regardait bizarrement. Je me demande si c'est à cause de mes cheveux, mes yeux ou bien...Mutaroles ?
Heh. Où voulaient-ils que je la mette ? Je ne pouvais que la tenir en main. Elle est trop grosse pour que je la cache dans mes vêtements. Je me demande est-ce qu'il y'a un endroit où on peut se procurer des fourreaux pour scie...

Enfin, quoi qu'il en soit, je continuais d'avancer.

...Fichue ville. Je ne sais pas du tout où allé...
Je passais près d'un autre boutique de vêtements. Il y'en a combien ici, ma parole ?
Tss. Ce n'étais pas nécessaire, d'en avoir tant...
J'entendis un rire. Et quel rire, c'était tout à fait plaisant pour les oreilles, c'est la première fois que j'en entend un si joli...
Je cherchais du regard d'où venait le rire, quand j'aperçu une belle jeune femme blonde. Elle était assises sur un banc et observait une série de plusieurs vêtements et accesoires.

Elle était vraiment belle....Vraiment. Je sentis mes joues chauffé.
Qu'est-ce que je fais ? Est-ce que je vais lui parler ? Ou est-ce que je continue à l'observer ?
L'observer. Pour le moment.

Je me plaça donc environ dix mètres à sa gauche, caché derrière un poteau. Et j'observai la beauté blonde.

Hum, peut-être que cette ville n'est pas si nulle, tout compte fait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rebekka Rønning
Apprenti
Apprenti
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 22/12/2012
Age : 20
Localisation : Fiolin.

MessageSujet: Re: Rencontre entre un cinglé et une peste. [PV: Yuki Shibata]   Dim 27 Jan - 10:29


Chapeau. À plumes ? Démodé. Avec des fleurs ? Jamais. Un simple borsalino ? Pourquoi pas. Classe et efficace ! Et pourquoi pas un bonnet en tricot doux ? Erh, tant de choix. Ce n'est pas grave. J'ai l'argent pour ça. L'argent de mon père ! De plus, pas question de ressembler à un sac sur la route de la quête de l'immortalité. Je réfléchis. Le "Jingoku no Merodi"... Pour le trouver, il ne s'agit pas de courage et de force. Mais il faut un minimum de classe et d'importance. Ce pouvoir ne reviendra pas à n'importe qui. Il reviendra à moi. Un point c'est tout.

Récapitulons. Plusieurs chapeaux. Cette veste en fourrure trop mignonne. Des gants, car il fera sans doute froid. Des bottes. À talons ? Disons à talons. Peut-être un nouveau sac. Hem... C'est ce qu'il me reste à trouver. Je regardai la rue, toujours bondée. Courage ! Il faut bien affronter cette foule, pour pouvoir continuer mes achats. Et comme dit le dicton, "Il faut souffrir, pour être belle.", courage !

Tandis que je me levai énergiquement et merveilleuse, je remarquai un garçon. Ou une fille, peut-être. Un gamin, précisément. Seul ? Pauvre chose. Il était habillé tout en blanc. Robe blanche, chaussures blanches, cheveux blancs. Son regard, seul exception, était d'un rouge écarlate. Il me faisait légèrement pensé à un fantôme, ou à un esprit rôdant toujours dans ce monde, cherchant à trouvant le courage de remonter dans l'au-delà. C'était un fantôme, alors ?! Effrayant !

Je ne pouvais pas détourner ma chose de l'ectoplasme. Depuis quand je voyais les morts ? Oh ! J'étais donc encore plus spéciale que je ne le croyais ! Magnifique. Selon les légendes, "l'élu" qui voyait les spectres se devait de les renvoyer dans leur vrai monde. Oui, oui. Je ne suis pas que belle, mais aussi cultivée. Je suis parfaite. Vraiment. Je m'approchai doucement du fantôme, qui me regardait avec des yeux immenses. Il me faisait un peu peur, ce gosse. Tss... C'est ça, le travail de "l'élue" ? Parler aux être effrayants ? Ce n'était peut-être pas aussi bien que je l'aurais pensé...


"Et bien, petit ? Je suis vraiment désolée pour toi, mais il faut retourner dans ton monde, hein ? Tu ne vas pas rester dans celui des vivants jusqu'à la fin de... Ta vie. Je crois."

Je rigolai, encore. Belle. Cultivée. Et drôle. Combien de personnes m'enviait ? La totalité ? Ca ne m'étonnerai absolument pas. Je regardai encore l'enfant, qui ne comprenait pas. Absolument pas. Oh ! Peut-être que les morts ne savent pas qu'ils le sont ? Il croit peut-être qu'il est encore vivant ? Je cherchai quelque chose dans mon sac. Un ruban. Un joli, de couleur bleu océan. Le voilà ! Je pris le poignet du spectre, et l'entourai du tissu.

"Voilà ! Tu as l'air un peu plus vivant, comme ça. Le blanc, c'est joli, c'est vrai. Mais trop, c'est trop. Il ne faut pas en abuser, comme de n'importe quelle couleur. Ajuster et coordonner, c'est la règle d'or pour être au top !"

J'avais fait une bonne action. Si un spectre ne veut pas monter au ciel, c'est parce qu'il lui règle un problème à régler. Dans son cas, c'était facile. C'est à cause de ses vêtement unicolores. Et de sa scie, aussi... J'écarquillai les yeux. Je ne l'avais pas remarquée. Cet enfant... Non ! Je ne peux pas y croire ! Serait-ce un de ces fantômes qui veulent se venger de tout ?! M-Mais... Il me tuerait avec sa scie, alors ?! Je ne veux pas ! Je suis trop jeune et trop belle, pour mourir maintenant !

Oh mon Dieu. Il faut se calmer. Peut-être m'épargnera t-il, grâce au ruban ? Je l'espérais. Je pourrais fuir, aussi. Mais ça signifierait courir. Et donc transpirer. Et c'est juste dé-goû-tant. Quelle aventure. Je n'aurais pas voyagé bien loin. Je n'aurais même pas quitté mon village. Tss ! Ca commençait bien...






Dernière édition par Rebekka Rønning le Lun 20 Mai - 17:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuki Shibata
Gardien secondaire
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 22/12/2012
Age : 18
Localisation : Perdu. Mmmh.

MessageSujet: Re: Rencontre entre un cinglé et une peste. [PV: Yuki Shibata]   Dim 27 Jan - 13:49

J'étais toujours entrain d'observer la ravisante créature. Le choix de ses vêtements avait l'air de lui poser problème. Hum. Je ne peux pas l'aider.
Je me demande ce qu'elle compte faire avec tout ses vêtements. Elle ne peux quand même pas tous les portés sur elle. Peut-être comptait-elle les offrir, elle a l'air généreuse.
Oui. En tout cas, je me demande à qui. Je pourrais peut-être recevoir quelque chose en me faisant passé pour un orphelin. Enfin, j'en étais techniquement un. Mais je ne suis pas dépendant à une quelconque oeuvre de bienfaisance contrairement aux autres.

Dans ma réflexion, je n'avais pas remarqué que la fille me fixait elle aussi depuis un moment...
Pourquoi peut-elle bien me regarder ? ...Ellle ne peut pas avoir eut coup de foudre, elle aussi. Quand même...C-Ce serait...Etonnant...
Après m'avoir observer longuement, l'élégante jeune personne s'approcha de moi.


"Et bien, petit ? Je suis vraiment désolée pour toi, mais il faut retourner dans ton monde, hein ? Tu ne vas pas rester dans celui des vivants jusqu'à la fin de... Ta vie. Je crois."

...
Mon monde ? Hein ? Que raconte-t-elle ?
Hum. Il doit être vrai que les personnes belles parlent parfois de façon étrange.
Je l'observait, un peu déconcerté. Mon monde....Elle voulait parlé de quoi Derevo, la forêt ? Ou...Ailleurs ?
Je ne voyais vraiment pas. Hum...De quoi ? De quoi ? ...
Heureusement la jeune blonde fit quelque chose qui m'arrêta dans ma réflexion, m'empêchant de développer un mal de tête à force de réfléchir, justement.
Elle me m'accrocha un ruban bleu au poignet.
...Un cadeau ? Peut-être n'aurais-je pas à jouer la comédie en entrant dans un orpheliant, au final. C'est plutôt une bonne chose.


"Voilà ! Tu as l'air un peu plus vivant, comme ça. Le blanc, c'est joli, c'est vrai. Mais trop, c'est trop. Il ne faut pas en abuser, comme de n'importe quelle couleur. Ajuster et coordonner, c'est la règle d'or pour être au top !"

...Elle s'y connait en vêtements. De toute évidences. Mais, le blanc est la seule couleur que j'apprécies vraiment, bien qu'il n'en soit pas une, en fait. C'est pour ça que je l'aime, d'ailleurs. Le noir aussi se marie bien avec le blanc. Un point me gênait "Plus vivant" ...J'ai l'air mort ? Peut-être, en fait.

J'observais le ruban bleu un moment avant de recommencé à regarder la jeune femme. Je vu qu'elle observait Mutaroles, et qu'elle avait l'air légèrement effrayée. Hum.
Je mettais la lame de la scie derrière mon dos, espérons que ça la rassure.


"...S-Spasibo, pour le cadeau. Mais quand tu dis, "autre monde" ...D'où veux-tu parler ?"

Elle avait l'air de réfléchir. Et me demanda si j'étais un fantôme....Si j'étais un fantôme, je ne sentirais sans doutes pas la douleur. Enfin, je crois.

"...Tu veux que je te prouves que je n'en suis pas un ?"

Quelle partie du corps guérrie le plus vite. Ou en tout cas, le moins m'handicapé. Hum. Oui...

Je fis en sorte de me couper la langue sur Mutaroles, rien de bien méchant, juste une petite égratinure. Le sang coulait tout de même un peu. Hum. Rouge...
Je sécha le sang avec ma main rapidement.


"Tu vois. Je saigne. C'est la preuve que je suis vivant."

Le demoiselle avait l'air dégoûtée, et choquée. Hum. Je n'ai fait que lui prouver que j'étais vivant...






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rebekka Rønning
Apprenti
Apprenti
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 22/12/2012
Age : 20
Localisation : Fiolin.

MessageSujet: Re: Rencontre entre un cinglé et une peste. [PV: Yuki Shibata]   Mer 6 Fév - 15:42


Cette scie. Je ne pouvais pas en détourner le regard. Je ne savais même pas ce que faisait le gamin, qui n'avait toujours rien prononcé. ... Suis-je bête ! C'est un fantôme. C'est évident, qu'il ne peut pas parler. Je me demande comment il est mort, tiens. Peut-être avec sa scie. Ce serait logique. Mais où est la logique, quand on parle du surnaturel ? Je lui demandai.

Je détournai lentement le regard vers le décédé, cherchant à chasser l'image de la scie dans mes pensées. Hum. L'enfant, dont je ne connaissais toujours pas le nom, fixait avec attention le ruban. Il ne souriait pas, et semblait ressentir aucune émotion. Evidemment. Les esprits qui restent sur terre sont souvent ceux qui n'ont pas trouvé la sérénité. Mais... Je lui ai donné un ruban ! Il devrait être joyeux et s'en aller ! Le gamin releva ses yeux rouges vers moi, me rendant mal à l'aise. Il n'aime pas mon cadeau ?! Tseh. Il a mauvais goût.


"...S-Spasibo, pour le cadeau. Mais quand tu dis, "autre monde" ...D'où veux-tu parler ?"

Un fantôme, ça parle ? Apparemment. Pourquoi pas, d'ailleurs ? Les chaussures parlaient bien, dans cette pub, à la télévision. "Spasibo"... Je devinai le sens du mot, même si je ne l'avais jamais entendu. Il n'est pas d'ici. Il est de l'Autre Monde. Et il ne nie, évidemment. Il ne sait pas qu'il est mort, c'est pour cela qu'il est encore sur terre. J'expliquai ma théorie au jeune garçon, qui n'avait pas l'air de comprendre.

"...Tu veux que je te prouves que je n'en suis pas un ?"

Sur ses mots, il saisit sa scie. N-Non ! Je n'ai pas l'intention de mourir, ne me tue pas ! Les fantômes sont des être qui s'offensent facilement... Je grimaçai, en serrant les poings au niveau de ma poitrine, fermant l'oeil droit. Non, je ne veux pas mourir ! Je ne veux pas être tuée par un mort qui croit toujours à sa vie ! Non non non !

Mais il n'en fut rien. L'enfant... approcha son arme à ses lèvres. Je clignai des yeux, surprise. Toujours en position de défense, si ça tournait mal pour moi. Ce môme... Il est grave. Tout compte fait, j'aimerai prendre mes jambes à mon cou, m'enfuir, et laissant ce cinglé derrière moi. Un pas en arrière, deux pas en arrière, trois... Quand je me figeai.

Était-ce du sang ?! Le gamin parla, affirmant son état de mortel. E-En effet. Un fantôme, même blessé, est déjà mort, et sans doute vidé de son sang. Je fixai le sang séché, sur la main du garçon. Il est complètement fou, et inconscient. A-A quoi ça sert, ce qu'il vient de faire ?! Se faire saigner ainsi, c'est juste du sado-masochisme, ou quelque chose dans le genre ! Se blesser, comme si c'était normal ! J'étais figée, incapable de faire quelques pas en arrière. L'envie de manquait pas, pourtant. Je hochai la tête. J'avais compris, qu'il était vivant. Pourquoi ressemblait-il à un fantôme, alors ?!


"... Rebekka Rønning. E-Enchantée."

Je lui tendis une main manucurée, ornée de plusieurs bagues en aigue-marine. Dois-je préciser que c'est ma couleur favorite ? Le bleu. C'était peut-être idiot, de se présenter à un inconnu. Surtout s'il était fou, et perturbé mentalement. Mais qu'importe. Les gens comme ça, il vaut mieux les avoir en amis qu'en ennemis. Et puis... Il me semble tout de même un peu perdu, et jeune. Facile à manipuler, donc. Hum... Ça pourrait devenir intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuki Shibata
Gardien secondaire
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 22/12/2012
Age : 18
Localisation : Perdu. Mmmh.

MessageSujet: Re: Rencontre entre un cinglé et une peste. [PV: Yuki Shibata]   Lun 11 Fév - 5:05

Je continuais à laver lécher le sang séché sur mes mains et à laver aussi ma scie au passage. Le sang séché était tenace, et ferait perdre de la beauté à Mutaroles, ce qui n'est pas tolérable.
Tout en procédant à mes activités, j'observais la jolie demoiselle. Je sentais une sorte de tension ou de malaise, comme-ci, elle voulait s'enfuir, très loin. Lui avais-je fait peur ? Je ne l'ai pas menacée ou rien, pourtant. Il n'y a pas de raisons pour qu'elle ai peur. Après tout...


"... Rebekka Rønning. E-Enchantée."

Elle me tendait la main.
Oh. Oui. Il s'agit de cette coutume consistant à serrer la main de quelqu'un pour le saluer ou au moment des présentations. Comme ici, en l’occurrence.
J'observais sa main soigner à la perfection. Des ongles avec une longueur parfaite et des bagues bleues pour décorer presque chacun d'eux.

Je fixais sa main un long moment avant de finalement la saisir.
Quelle poignet de main étrange, aucun des deux ne semblait se décider à faire un mouvement.
...
Une bonne minute se passait comme ça en seulement tenant la main de l'autre et attendre.
Je décidai de prendre la parole, histoire que la situation évolue un peu.


"...Tu as une jolie main."

Je sentis tout de suite le contact avec sa main se rompre.
Hum. J'ai dis quelque chose de blessant ?
C'était étrange. Pourquoi l'avait-elle lâchée si soudainement ?

Elle me lançait un regard agacé, voir furieux.
...Son regard me perçait. C'était étrangement agréable. Vraiment, vraiment agréable.
J'appréciais beaucoup cette sensation.
Tandis qu'elle continuait de me regarder comme ça. Je laissai échapper un sourire.
Elle était vraiment intéressante, pas seulement jolie. Mais vraiment captivante.
Comme une étoile brûlante dans le ciel. Comme le soleil.


"Je t'aime."

C'était sortit tout seul.
Vraiment tout seul.
Je pense qu'elle a dût m'hypnotiser, oui, c'est ça.

La blonde avait l'air assez perturbé par ma déclaration. L'air de réfléchir à comment réagir.

Va-t-elle accepter, ou refuser mon amour ? Telle est la question.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rebekka Rønning
Apprenti
Apprenti
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 22/12/2012
Age : 20
Localisation : Fiolin.

MessageSujet: Re: Rencontre entre un cinglé et une peste. [PV: Yuki Shibata]   Mer 3 Avr - 10:09


Il faut l'avouer. Je n'avais qu'une seule envie en ce moment. Fuir.
Non mais comprenez-moi ! Un gamin de 8 ans, qui vient juste de me dire qu'il était vivant, -ou revenant d'entre les morts, peut-on qualifier cela de zombie ? Encore plus effrayant !- est en train de me reluquer les mains et, la bouche en cœur, il m'articule un "Je t'aime". Même pas un discret. Ou un sous-entendu, non. Une déclaration directe et courte. Sans artifice. Un simple "Je t'aime".

Je fronçai les sourcils. Je n'aimais pas qu'on se moque de moi. Oh, on le fait souvent. Sous prétexte que je suis blonde, je suis inférieur ? Ce sont eux, les êtres inférieurs. C'est facile, d'insulter physiquement. Être une femme, à notre époque, c'est difficile. Sous le jugement d'un chacun, il faut obéir aveuglement pour être apprécié et s'assurer un avenir. Réussir sa vie, atteindre son but. Je regardais le gamin. Les yeux globuleux, il me dévorait du regard. Se moquait-il vraiment de moi ? J'avais le double de son âge. Et autres questions existentielles. C'est quoi son nom ? C'est une petite fille, ou un garçon ? Où sont ses parents, merde ?!

Son regard se faisait insistant. Je me levai et pris mes affaires. Je n'avais même pas pu trouver mon chapeau, avec cette histoire ! Mon départ vers la capitale risque d'être retardé. A cause de l'enfant. Il ne m'apporte vraiment que des problèmes. Je pourrais le faire dégager, ou même appeler la sécurité... Mais une idée me vint. Ruse et manipulation. Je ne veux pas être celle qui suit comme un chien. Je veux être celle qui tire les ficelles du jeu, et j'y arriverai.


"C'est ça, c'est ça, moi aussi je t'aime. Bon, suis-moi. Je t'aime tellement que tu vas même pouvoir m'accompagner et m'admirer jusqu'à la fin de ta vie, chanceux."


Me demander si j'étais sérieuse est inutile. J'espère que le gamin était assez stupide pour ne pas deviner la supercherie. Mais vu la hache qu'il se trimbale, et son caractère imprévisible, il vaut mieux en faire un allié. Ou plutôt un objet. Mes talents au combat sont faibles, mais pas inexistants ! Il n'est qu'une simple protection supplémentaire. Et l'envoyer sur le champ de bataille à ma place m'évitera de salir les mains. Je veux ce pouvoir. Cette mélodie des enfers. Je suis prête à tout pour y arriver.

"Oh, petit. Puis-je savoir ton nom ?"

Je veux en savoir plus de ce timbré. Il a comme une flamme dans ses yeux pourpres, qui contrastent avec ses cheveux mi-longs, blanc poudreux. Il était effrayant. Vraiment. Il est seul, aussi. Un orphelin ? Abandonné par ses parents ? Bizarrement, cette idée ne m'étonne même pas. Qui voudrait d'un enfant ressemblant à cela physiquement... Et mentalement ? J'imagine sa mère. La pauvre, j'imagine.

"Et tu joues de quel instrument ? Il y a intérêt qu'il s'accorde mélodieusement au mien. Quel duo pathétique nous ferions, alors ?!"

Oui, la musique est une de mes priorités. Je joue du violon depuis... Depuis mon enfance. Si je devrais remercier mes parents, c'est bien pour m'avoir fait découvrir la musique, et surtout le violon. Jingoku no merodi. Si quelqu'un doit la jouer, ça doit être moi. Moi et mon violon. Il n'y a qu'avec mon Hardanger Fiddle que le son atteindra la perfection. Je peux vous l'assurer.

Je m'étirai, et souris au gamin. Un enfant facile à contrôler. Il cherche sans doute le secret de l'éternité, lui aussi. Pourquoi serait-il ici, alors ? "Spasibo"... Ca me revient. Un dialecte propre aux régions de l'est. Aerios, sans doute. Mais quelle métropole exactement ? Ce môme soulève ma curiosité. Il est intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuki Shibata
Gardien secondaire
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 22/12/2012
Age : 18
Localisation : Perdu. Mmmh.

MessageSujet: Re: Rencontre entre un cinglé et une peste. [PV: Yuki Shibata]   Sam 20 Avr - 2:48

Je t'aime.
Comment une phrase si courte peut-elle engendrer de telles réactions compliquées. Il m'était déjà arrivé d'apercevoir des couples fleurissants qui se déclaraient leur flamme. Mais je ne compris jamais pourquoi c'était si compliqué. Parfois, la fille rougissait, fondait en larmes, et se jetait sur l'homme. D'autres fois, elle rougissait aussi, puis soupirait, baragouinait deux trois mots, et partait en courant. Avait-elle peur de son amant, hum ? Enfin, l'inverse arrivait des fois, avec l'homme dans le rôle de la femme. On voit vraiment des choses ridicules, parfois, quand on s'ennuie. Haaan. Voilà pourquoi je tenais à partir à l'aventure. Cette période de vide me devenait insupportable.

Et elle ? Comment allait-elle réagir ? Je suis sûre que ce sera une réaction délicieuse, oui. Après tout, les personnes délicieuses doivent forcément avoir des réactions tout aussi délicieuses, cela va de soi.
J'attendais sa réaction. Je voulais savoir. Elle aussi ? Ou pas ? Bah. Qu'importe. Tant que je peux l'admirer, le reste importe peu. Mais tout de même. Je sais que les belles personnes ont tendance à être lente, mais elle pourrait se dépêcher un peu. Juste un peu. Je ne sais pas si c'est parce que j'avais hâte de savoir sa réaction, mais le temps passait avec une effarante lenteur. C'en devenait fatiguant. Bystro. Bystro. Bystro.

J'admirais son évidente beauté en attendant sa réponse. Ou plutôt sa réaction. Peut-être allait-elle s'enfuir, comme certaines de ses filles. Dans ce cas, je la poursuivrais. Ce serait marrant. Si elle se jetait sur moi, elle m'écraserait. Ce serait amusant aussi. Autre chose ? Tout peut-être amusant. Rien que de dire "Je t'aime" était drôle. Peut-être devrais-je essayer plus souvent. Hum. Ça reste à voir. Enfin, profitons de l'instant présent, qui, même si je me lasse d'attendre, est assez agréable. Mais il me tarde d'entendre sa réaction. Moi qui est trop pressé, ou elle pas assez rapide ? Telle était la question.

Finalement, elle se leva et pris ses affaires. Voilà la réaction
.

"C'est ça, c'est ça, moi aussi je t'aime. Bon, suis-moi. Je t'aime tellement que tu vas même pouvoir m'accompagner et m'admirer jusqu'à la fin de ta vie, chanceux."

Prononcé d'un ton sans beaucoup de conviction. Mais, elle avait dit je voulais entendre. J'étais heureux. Enfin, je pense. En tout cas, ça me fit sourire. Et n'était-ce pas la preuve qu'on était heureux ? Non ? Sinon, je ne voyais pas quoi d'autre cela pourrait traduire.

"Vraiment ? J'en suis très honoré, et très content. Spasibo."

La jeune blonde ne prêta pas attention à ma réponse.
Elle me demande mon nom. Question banale. Pourquoi je m'y attendais ? Normalement on demande plus tôt mais j'avais du la couper tout à l'heure, avec ma déclaration.


"Je m'appelle Yuki Shibata. Bien que, les autres m'appellent souvent autrement. Ce qui est étrange d'ailleurs. "

J'espère que la réponse lui plaira. Hum. Une réponse peut plaire ? Enfin, voilà qu'elle voulait en savoir plus sur Alliciant, aussi. Autant lui répondre, je n'ai rien à cacher. Elle voulait former un duo musicale ? Pourquoi pas. Mais pourquoi dit-elle qu'on serait pathétiques ? Hum ? Ma faute ? Ce serait méchant de sa part. Bien bien. Ça lui donne du charme.

"Alliciant est une flûte traversière. Je n'en joue jamais par plaisir, à vrai dire, je n'aime pas vraiment en jouer. Je profite juste de ses effets magiques. Mais je joue tout de même bien, et toi aussi, je présume. Il n'y a pas de raison pour que nous formions un "duo pathétique. D'ailleurs, de quel instrument joue-tu, toi ? De la harpe ? Je te verrais bien en jouer...."


Je me tournais, et regardais le paysage. J'allais vraiment continuer la route avec elle ? Vraiment ? J'aimerais, en tout cas, et je ferais sûrement tout pour. Haha.
Je me retournais ensuite calmement vers elle, attendant de savoir quel instrument elle jouait. La harpe, j'en suis sûr. C'est un instrument d'une beauté et élégance rare, le seul qui lui conviendrait.
J'avais rangé Mutaroles, pendant que j'étais dos à Rebekka. -Un fourreau au niveau de la ceinture exprès pour- et titillais maintenant mes cheveux du bout des doigts, sensation agréable, selon moi. Utile pour s'occuper les mainsL




[ * Bystro= Vite. c; Dit Boustra, ou boustrin, enfin, un mélange des deux. Russe= bizarre. Google Traduction est mon plus grand allié.]




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre entre un cinglé et une peste. [PV: Yuki Shibata]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre entre un cinglé et une peste. [PV: Yuki Shibata]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jingoku no Merodi :: Orpheus :: Régions :: Cordelis :: Fiolin-
Sauter vers: